Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

La COP25
12 décembre 2019

La COP25

Du 2 au 13 décembre se déroule la COP 25 à Madrid. Cette conférence internationale organisée par les Nations unies, dont tout le monde parle, porte sur l'action climatique. Quels sont les sujets chauds de l'édition 2019 au coeur de cette rencontre?

Il s'agit de la 25e édition de la Conférence des Parties à la Convention de l'ONU sur le climat, d'où son acronyme COP25. Elle rassemble 193 pays signataires de la Convention-cadre des Nations unies qui cherchent, chaque année, à trouver des solutions dans le but de résoudre l'enjeu climatique mondial. Ce sommet international a été relocalisé en Espagne, dû à un climat politique instable au Chili, lieu initialement prévu de la conférence. Bien que la conférence se déroule en Espagne, elle reste présidée par le Chili.

 

La COP25 a pour objectif, entre autres, de réunir les acteurs mondiaux dans le but d'instaurer des plans d'action précis pour régler des questions très techniques visant à respecter l'Accord de Paris signé en 2015. Tout d'abord, les pays souhaitent (et devraient) s'entendre sur des règles de transparences visant leurs actions climatiques afin que l'information soit accessible à tous. Un autre des objectifs de la COP25 tant à trouver une solution pour calculer les réductions d'émission de GES des pays à l'aide de modalités d'échange de crédits de carbone au niveau international. Enfin, un autre objectif important sur lequel les acteurs doivent négocier est celui d'accorder une compensation aux pays moins développés pour les catastrophes naturelles qu’ils subissent dus aux effets des changements climatiques, comme des ouragans, des typhons, des périodes de chaleur extrême ou les impacts sur l'agriculture. 

 

Tant d’objectifs, beaucoup d’espoir! C'est donc avec impatience que tous attendent la prochaine convention (COP26) à Paris, qui mettra le point sur les avancées de chaque pays suite à l'Accord de Paris de 2015 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

 

Source: Radio-Canada et Climate Chance