Archives
Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

SPARK Microsystems remporte le Nokia Open Innovation Challenge 2018
10 décembre 2018

SPARK Microsystems remporte le Nokia Open Innovation Challenge 2018

SPARK Microsystems, une startup montréalaise qui développe un émetteur-récepteur sans fil à faible puissance pour la révolution de l'Internet des objets, a été nommé gagnant du Nokia Open Innovation Challenge 2018 (NOIC).

Pour apporter sa solution innovante sur le marché, Nokia fournira 100 000 $US à SPARK Microsystems, ainsi qu’un accès aux ressources de Nokia et de Nokia Bell Labs afin d’aider la startup à explorer et développer sa solution.

 

Marcus Weldon, président de Nokia Bell Labs et le directeur de la technologie de Nokia, a déclaré: «Cette année, NOIC a rassemblé de nombreuses startups innovantes proposant des produits, des technologies et des solutions impressionnantes qui façonneront le monde de l'automatisation industrielle. La concurrence était féroce, mais SPARK Microsystems a été sélectionné comme le gagnant pour son émetteur-récepteur sans fil de faible puissance pouvant potentiellement déclencher la prochaine révolution industrielle».

 

Fares Mubarak, PDG de SPARK Microsystems, a déclaré: «SPARK est honoré d'être choisi comme lauréat du prestigieux prix de cette année. Nokia et Nokia Bell Labs sont des leaders en matière de réseaux, de communications et de technologies sans fil et nous sommes impatients de collaborer afin de proposer des solutions innovantes pour les appareils périphériques, les capteurs et les applications portables. Ces applications conviennent parfaitement à notre technologie sans fil révolutionnaire à ultra-basse consommation et à latence ultra-courte et sont alignées sur la vision future de Nokia».

 

SPARK Microsystems, basé à Montréal, s'est joint à plus de 300 entreprises en démarrage du monde entier ayant soumis leur candidature à NOIC. Le concours de cette année a été lancé en juillet et portait sur les produits et solutions pour l’automatisation industrielle et l’Internet des objets industriel.

 

 

Source: Communiqué de presse