Archives
Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

Bourse du carbone : on s’est fait dire que c’était un rêve inadmissible
23 novembre 2017

Bourse du carbone : on s’est fait dire que c’était un rêve inadmissible

Il y a 10 ans, la SADC Haut-Saguenay prend le virage vers l’économie verte. À ce moment là, André Boily, directeur, et son équipe décident deux choses : leur créneau d’intervention sera la croissance propre et leurs clients prioritaires seront les PME. 

« Un de nos objectifs était d’amener les PME à la bourse du carbone », admet Boily. 

Toutefois, force est d’admettre qu’il y a un obstacle de taille car en 2007 la bourse du carbone est à ses 1ers balbutiements et ne touche que de très grands émetteurs. Le terrain de jeu n’est pas du tout ouvert ou même favorable à la participation des petits.  

 

« On s’est fait dire que c’était un rêve inadmissible », se souvient Boily. Mais Boily et son équipe ne baissent pas les bras pour autant. Ils se disent que les règles vont sûrement changer pour les petits joueurs et que d’une façon ou de l’autre, les PME trouveront le moyen de se faufiler dans la cours des grands. 

 

En 2013, cela fait déjà 5 ans que la SADC Haut-Saguenay a mis en place sa vision de la croissance propre mais elle peine toujours à concrétiser une participation à la bourse de carbone pour ses PME. En ouvrant le journal Les Affaires un matin, l’oeil de Boily est attiré vers un article qui annonce une conférence intitulée Le marché du carbone pour les petits émetteurs par un certain Martin Clermont. Boily saute dans son auto et file vers Montréal où a lieu la conférence. 

 

« J’ai écouté Martin Clermont qui expliquait qu’en travaillant avec Les Solutions Will on pouvait désormais regrouper les petits émetteurs ensemble, quantifier leurs efforts de réduction de GES, les convertir en crédits de carbone avec le programme VCS (Verified Carbon Standard) et accéder au marché volontaire du carbone. » 

 

André Boily n’en croit pas ses oreilles, il vient de trouver le chaînon manquant pour réaliser sa vision. D’ailleurs, en novembre la SADC Haut-Saguenay, Promotion Saguenay et Les Solutions Will remettront un chèque à sept PME de la région. « C’est certain que, PME par PME, c’est insignifiant comme impact, mais ensemble ces 7 PME représentent à elles seules 500 000 tonnes de CO2 équivalent/an sur 6 ans, soit plusieurs fois les émissions annuelles d’un grand émetteur. C’est la preuve qu’en se regroupant, on peut avoir un aussi gros impact. »

 

Aujourd’hui, ceux qui croyaient qu’André Boily rêvait en couleur ont changé leur fusil d’épaule et collaborent au projet avec enthousiasme. 

 

Source : Conférence de presse de SADC Haut-Saguenay et Nouvelle page Facebook