Archives
Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

Agro-100: l’IronMan de la valorisation des déchets du titane!
7 septembre 2017

Agro-100: l’IronMan de la valorisation des déchets du titane!

Le titane, élément chimique abondement présent dans les mines québécoises, fait partie de notre vie quotidienne. On le retrouve dans les téléphones intelligents, les avions, les voitures… Le problème? Sa transformation engendre des déchets dont on a du mal à se débarrasser sans émettre une quantité importante de GES. Agro-100, une entreprise de Joliette, a mis au point une technologie innovante permettant de valoriser ces matières résiduelles en les transformant notamment en fertilisant. Rio Tinto Fer et Titane vient d’ailleurs de conclure une entente avec elle pour réduire l’empreinte écologique de son usine de Sorel Tracy.

La démarche est simple. Tout d’abord, les matières résiduelles sont récupérées et traitées. Le résultat de ce procédé de captation est un produit contenant de la chaux, enrichi en soufre. Ce dernier peut être utilisé comme un intermédiaire entre un engrais et un amendement, matériel agricole utilisé pour améliorer la qualité de la terre et la rendre plus productive. Il suffit finalement de le répandre uniformément sur les cultures agricoles.

 

De plus en plus de grands groupes font confiance à la PME québécoise; le dernier en date: Rio Tinto Fet et Titane. Le CTTÉI est à l’origine de ce maillage. Il a en effet validé préalablement que les propriétés physico-chimiques du résidu de soufre rencontraient les critères d’acceptation d’Agro-100. Les deux entreprises ont ensuite été mises en contact. Selon Stéphane Beaucage, président d’Agro-100, «cette orientation représente une avancée significative en matière de récupération de matières résiduelles fertilisantes (MRF) destinée à soutenir la fertilisation des sols». 

 

L’entreprise a déposé un avis auprès du ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les Changements Climatiques (MDDELCC) du Québec dans le but d’obtenir la certification du Bureau de Normalisation du Québec. Elle espère acquérir cette certification cet automne.

 

Source : communiqué de presse