Archives
Version imprimable « Retour à la liste

Ecominute

Un des «gars du tanin» remporte le Prix canadien de la Chimie verte et de l’Ingénierie
29 septembre 2016

Un des «gars du tanin» remporte le Prix canadien de la Chimie verte et de l’Ingénierie

Les "gars du tanin" de TGWT protègent les chaudières industrielles à vapeur du tartre et de la corrosion avec un produit naturel et renouvelable. Mais TGWT, ça veut dire quoi exactement? Louis-Philippe Cloutier, PDG de l’entreprise, nous raconte: «À force d’aller dans les salons et conférences, les gens nous appelaient "les gars du tanin", car nous sommes la seule entreprise à utiliser ce nouveau procédé. Nous avons beaucoup aimé et on a décidé de renommer notre entreprise TGWT pour Tanin Guys Water Treatment». Et cette innovation verte du Québec permet jusqu’à 300 000 $ d’économie par année sans investissement en capital!

Après trois ans au sein de l’entreprise TGWT, Dr Roger Gaudreault, vice-président Recherche, Développement et Innovation, s'est vu décerner ce prix prestigieux pour l'ensemble de sa carrière et de ses réalisations. Décerné par GreenCentre Canada et par l’Institut de Chimie du Canada, le Prix canadien de la Chimie Verte et de l’Ingénierie reconnaît le travail et la contribution importante d’un individu dans le domaine de la chimie verte et de l’ingénierie. Dr. Gaudreault est le premier industriel honoré par ce prix.

 

C’est au sein de TGWT qu’il contribue au développement du produit anticorrosion fait de tanins purifiés, «une famille de molécules naturelles, extraites des arbres, et donc renouvelables» précise Dr. Gaudreault. «Quand on parle de corrosion dans le domaine des chaudières, c’est comme le cancer des métaux. Les molécules que l’on utilise pour la prévention et le traitement de la corrosion sont du type polyphénol - on les trouve dans la nature et dans le tanin, et elles suscitent de plus en plus d'intérêt pour la santé des chaudières. Les tanins purifiés génèrent une couche protectrice sur la surface des métaux afin de contrer les attaques de la corrosion et du tartre.» 

 

Si Dr. Roger Gaudreault se lève chaque matin pour réduire l’empreinte environnementale, il nous confie que c’est aussi parce qu’il croit fortement en l’avenir de la chimie verte: «Ce qui me motive, c’est de savoir qu’avec la chimie verte on peut réduire l’empreinte environnementale de l’industrie, que ce soit en termes de matières recyclées, renouvelables, ou en réduisant la consommation d’eau et d’énergie, et, par conséquent réduisant les GES produits. Cette chimie est moins toxique puisqu’elle est renouvelable». La suite? «Je vais continuer à faire ce que j’ai toujours fait. C’est-à-dire de générer de nouvelles connaissances qui permettront ou faciliteront l’implantation des technologies vertes. Et évidemment un jour, j’aspire à une reconnaissance internationale.»

 

Une chose est sûre, Roger Gaudreault est un nom à retenir pour le rayonnement des technologies propres et de la chimie verte à l’international!

 

 

Source: entrevue avec Roger Gaudrault et Louis-Philippe Cloutier de TGWT